Escales Rock v1 - Premier concert avec la venue de Nutcase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Escales Rock v1 - Premier concert avec la venue de Nutcase

Message par iNX le Mer 5 Déc - 12:25

Chronique de JimmyDynamite :

C’est pas n’importe quelle chronique que je commence là.
Premier évènement Kanal Saturé, concert dans la même soirée de figures
récurrentes du rock péï avec les omniprésents Showdus et Thermoboy et Warfield,
et SURTOUT retour des fameux Nutcase,
qui ont abandonné leur île pour un horizon artistique plus beau il y’a de cela
une décennie (je devais apprendre a faire du roller moi à cette époque). Donc
va falloir que je m’applique ou je vais me faire tirer les oreilles comme la
dernière fois avec ma chronique bâclée.


C’est avec mon fidèle batteur Charly, allias
« Manfromhell », que je me rends au Kabardock, curieux à l’idée de ce
concert. Faut dire qu’on en a parlé de ce premier évènement Kanal Saturé… Kanal
Saturé, cette espèce de mastodonte associatif qui est annoncé comme le messie,
l’association qui sauvera le rock de sa terrible condition sur ce caillou. Je
fais donc le trajet à l’arrière de la voiture, observant la mer et guettant une
possible chute de pierre, en me demandant si ça sera aussi bien que nous
l’espérons tous. Fort de notre ponctualité, on arrive à 21heure pile devant le
kabardock où je me mets à étudier la faune qui y a élu domicile pour la soirée.
Quelques jeunes en noir et beaucoup de vieux, plein de vieux. C’est officiel
maintenant, les jeunes n’ont plus le même intérêt pour le rock qu’il y’a 2 ans.
C’est officiel maintenant, les jeunes préfèrent secouer leurs bras dans des
boites plutôt que de se bourrer la gueule devant un mec en string. Ouais je
sais je râle, mais c’est parce que maintenant je suis un « loser » à
cause de la mort du rock. Dites aujourd’hui à une lycéenne que vous jouez dans
un groupe de rock et ça lui fera autant d’effet que si vous lui déclariez que
vous élevez des lombrics Enfin bref, ça papote avec les gens devant le kabar,
et je constate que malheureusement il n’y a pas, ou il n’y a que très peu, de
curieux. Seuls sont présents les gens qui connaissent un peu les groupes. Pas
de types attirés par l’idée d’une soirée rock.


21h et quelques
minutes, on peut commencer à rentrer dans la salle de concert, sous l’œil
bienveillant des sympathiques vigiles du Kabar. Les gens se dirigent alors tout
naturellement vers le bar pour commencer à boire de la bière, parce que qui dit
rock dit bières et que quand on se fait chier on boit. Moi, j’essaie de voir où
sont les musiciens. J’aperçois Olivier Banor, qui boit, puis aussi Kent, qui
boit, puis il me semble voir les Showdus tous réunis, et là encore, ils
boivent. Puis finalement après quelques bière quelqu’un de Kanal saturé prend
la parole pour faire un speech qui j’avoue ne m’est pas resté en tête. On s’en
fout, ça devait être un truc du genre « je vous souhaite une bonne
soirée ». Silence, ça commence.


Thermoboy débute la
soirée pour un set qui ne sera pas, je dois l’avouer, aussi bien que je
l’attendais. Le souvenir vivace du TPA en tête, j’ai trouvé qu’il manquait un
truc à leur set. Bon OUI c’était carré, OUI les compos sont toujours bonnes,
mais bon ça c’est pareil à chaque concert. Au final je pense que c’est le fait
de ne pas avoir vu les fesses à Fred qui m’a troublé. Ahem… Je reprends donc… Pas de surprises au niveau des morceaux joués,
même si j’aurais souhaité la chanson sur le cheval qui meurt, chanson que
j’aime bien… No code, star on my ceilling, fire in block A, les morceaux connus
sont là et sont toujours aussi bien exécutés. La petitesse de la scène n’était
pas en faveur des musiciens, qui n’avaient pas énormément de place pour bouger
leur corps, donc au final le bassiste a joué au foot avec ses pédales pendant
que Fred occupait le mètre carré qui lui était attribué. Que dire
d’autre ? Euh…Ah ! Il faut que le bassiste aille prendre des cours de
gestuelle scénique avec Kent, il a une manière de bouger qui n’est vraiment pas
fluide. Pas toujours aidé par un son qui était parfois approximatif, les
Thermoboy ont tout de même réussi un énième concert (faudrait qu’ils en ratent
un jour parce que ça devient chiant y’a plus de surprise). Et le public lui,
c’est sûr, a aimé. D’ailleurs je tiens à demander pourquoi tous les chauves de
la soirée étaient aussi à fond dans la musique. C’était fascinant, il y’avait
une rangée entière de crânes vierge qui se tenait devant la scène, secouant
leur absence de cheveux. Sublime. Bon… J’enchaîne maintenant sur la deuxième
première partie : Les Showdus


Ce coup ci ils ont plus de chance au niveau du son, et nos
trois amis lubriques commencent leur set avec l’énergie qui leur est
habituelle. Kent se met sur son 31 pour ce concert, portant fièrement un
costume en rouge et noir (j'exilerai ma peur arf arf arf) à côté de Nico
portant lui aussi avec fierté un magnifique débardeur rouge. Et surtout dans
ses mains, une guitare effet plastique. Le top du top niveau classe. Et
derrière eux le toujours souriant batteur. Le concert commence fort et vite
avec One Shot (enfin je crois) où Nico trouve le temps de glisser un petit coup
de pub pour son film « Ce soir je tue mon patron » ou «
Aujourd’hui je tue mon patron » ou « Les dents de la marre » je
ne sais plus vraiment. Donc non je ne ferai pas de pub pour son film, parce que
voilà j’ai des principes. Les morceaux vont vites et je reste fasciné devant
Kent, asthmatique et crevant de chaud sous un lourd costard, qui tente de faire
un salto arrière avec double vrille tout en jouant de la basse. J’aperçois
l’inquiétant bassiste de nutcase dansant une gigue avec un grand bonhomme qui a
embrassé une agrafeuse, pendant que Kent tente de rester en vie et que nico
gueule avec ses tripes lui remontant dans la gorge. C’est rock n roll ce
soir ! Les morceaux connus sont
joués mais pourtant ce soir pas de claraoké ce qui est réellement troublant
pour un concert des showdus. De timides nananas s’entendent parmi le public,
mais l’exubérance habituelle de ce morceau n’est plus là. Bizarre… Mais tout de même les chauves headbanger sont
là. Les Showdus améliorent leur prestation comme à chaque fois. Ce soir là
moins de pains, moins de fausses notes dans la voix, mais bon ils n’atteignent
pas la perfection (d’ailleurs des fausses notes au kazoo ça c’est fort). Mais
j’ai quand même été impressionné par une chanson où Nico hurle à la mort la
phrase « il m’a semblé frémir ». Il atteint ici une puissance vocale
pas mal. Alors voilà les showdus, comme
d’habitude, on fait un bon concert où Kent a passé la serpillière avec son dos
moite sur la totalité du sol du kabardock alors qu’il était en état de transe
asthmatique. Font chier ces bons groupes. Et maintenant je vous parle de
Warfield. Sujet délicat pour moi qui n’y connaît RIEN dans ce genre musical.


Les Showdus range leur matos quand je vois Olivier qui vient
vers moi en disant « Mec tu vas perdre tes oreilles avec Warfield ». Peu
rassuré, j’enfonce avec douleur mes bouchons d’oreilles qui ressemblent bien
plus à des godemichés qu’à des boules Quies. Dans la foule j’aperçois
finalement le chanteur de nutcase, petit bonhomme musclé (j’appelle ça un nain
carcassé). Déception je m’attendais à plus impressionnant (et croyez moi ma déception ne durera pas 3 secondes devant
le set de nutcase). Je fais le plein, bière et bouchon, me disant « allez
guillaume ce coup ci tu regardes tout le concert ». Bah oui le thrash
metal qui crie trop bah c’est pas ma tasse de thé si je puis dire. Les quatre
gugusses de Warfield débarquent sur scène. Une bande de jeunes propres sur eux
comme dirait ma grand-mère. Je suis déjà impressionné par leur carrure. Dans
les mains de chanteur, se tient guitare de taille normale mais qui entre ces
petits petons ressemble à la ridiculement petite guitare du jeu guitar hero. Le
reste du groupe est lui aussi imposant, seul le maigre batteur fait un
contraste avec les géant qui occupent la scène Le concert de Warfield commence
par un grand cri du chanteur qui semble dire «
chikungunyaaaaaaaaaaaargrhrgrhrgrgrhhrgrgr » Alors là, je tente de
m’accrocher et je parviens à écouter tout le premier morceau. Mais bon voilà, ce
n’est vraiment pas mais alors pas ma tasse de thé. Devant la scène les
« bouchers » que le chanteur a joyeusement nommé, pratiquent l’art du
déséquilibre, art que l’on nomme aussi le pogo. Ne voulant pas me briser les
côtes, je me dis que c’est le moment de prendre l’air. Dehors je retrouve plein
de personnes aux oreilles sensibles qui ont pris la même décision que moi, ou
qui voulaient juste fumer une clope. Dans un aquarium aux fortes odeurs de
tabac je parle tandis que j’entends au loin la nappe sonore violente déposée
par le groupe. A l’intérieur c’est la guerre, le son violent de la double
pédale et les obus sonores des guitares assomment et laissent les auditeurs
dans un flou sensoriel pendant qu’ils secouent leurs têtes tout en hurlant. Le
groupe – comme tous les groupes de la soirée– assure un concert carré, avec un son correct
(enfin c’est ce qu’on m’a dit) pour le plus grand plaisir des grands et des
petits.


BON ! Allez s’en est fini des premières partie !
Maintenant c’est le LOURD. C’est Nutcase.


Je rejoins Sébastien, allias Krab, dans la fosse pour
partager mon excitation. J’en ai entendu des choses sur ce groupe. Leurs
prestations provocantes et leurs excentricités ne sont pas un secret et l’on
m’a conté mainte fois avant ce concert les « exploits » scéniques du
chanteur. Et moi qui aime les trucs un peu trashouilles rock n roll, j’étais
tout content en me disant « Aw Yeah wok n woll ». Les musiciens
entre sur scène. Tenue noir et blanche pour tout le monde, cravate pour
certain. Ils ont la classe dis donc,
même le bassiste de trois mètres en jupe. Ils posent une nappe sonore lourde et
entêtante, pendant que le claviériste tremble et grimace de manière haineuse. A
côté de lui, le bassiste qui est totalement impassible. Derrière la batterie,
le batteur tire la langue comme un indigène néo-zélandais. Tous tiennent un
rôle différent intéressant à observer. La musique se fait alors plus forte et
le chanteur entre sur scène. Il est voilé par une toge orange, avec ses cheveux
lui cachant le visage, il marche lentement sur la scène, accélérant parfois. Un
véritable ballet scénique, mais qui est malheureusement un peu gâché par la petitesse de la scène du
kabardock, qui ne peut pas vraiment servir à de telles mises en scène. Bon on
ne va pas trop râler non plus. La musique s’arrête peut à peu et soudain le
chanteur découvre son visage. Choc visuel ; maquillé avec de grands yeux,
il fixe le public d’un air terrifiant avant de se mettre à hurler comme un fou.
Le chanteur, sorte de nain androgyne se déplaçant a la manière d’un reptile
(chais pas si vous voyez quand je dis ça comme ça), dévoile tout son talent
scénique. Il occupe parfaitement la place, personne ne peut s’empêcher de le
regarder. Avec un talent vocal incroyable, il couvre une large palette de son.
Ce qui accentue encore plus le côté barré du groupe. La balance hasardeuse du
début est vite améliorée et l’on peut apprécier alors un set pas mal. Le chaos
auditif se poursuit très longtemps, et, de temps en temps, le chanteur quitte
son personnage pour exprimer sa joie d’être de retour sur son île. Il se
dévêtit au fur à et mesure que le concert dure, lance de l’eau sur son public,
court dans la foule et disparaît sans qu’on sache exactement où il se trouve (
ce qui fout la trouille ) , saute aux coups d’innocentes jeunes femmes, hurle,
simule un coït avec ses musiciens. Un chaos visuel et auditif jouissif, où même
moi me suis surpris à secouer la tête comme un fou. Le set est long, et pourtant
on ne veut pas qu’il prenne fin, si bien qu’a la fin du concert , après un
final sur fond d’orgasmes violents, on applaudit tous très longtemps, espérant
timidement qu’ils reviendraient nous jouer un morceau. Mais non c’est fini,
plus rien. On est tous un peu déçu et en plus il se fait tard. C’est comme une
fête qui se fini. Par sympathie j’achète un de leur Ep et rentre l’esprit plein
chez moi en me disant « putain elle sera longue ma chronique ».


Pour conclure tout ça, on peut dire que malgré un son bof
bof par moment, un public timide et le prix du billet un peu exagéré, Kanal
Saturé a très bien commencé sa série d’événements. Gageons qu’à l’avenir on
aura droit à d’autres très très bon concerts.





Ps : Bon nombre de détails ont été oubliés et cela et
dû a l’anniversaire de blue. Puis en plus si j’avais TOUT TOUT noté, ça
m’aurait pris 6 pages Et déjà je trouve que 3 c’est pas mal


Bon ce n’est sûrement pas parfait, j’ai eu la flemme de
partir à la recherche de mes fautes ou incohérences.


Voilà ayé j’ai fini ma chronique. I love you


Dernière édition par le Mer 5 Déc - 13:21, édité 3 fois

iNX
R&R
R&R

Nombre de messages : 1727
Age : 31
Date d'inscription : 14/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/vacuumroad

Revenir en haut Aller en bas

Re: Escales Rock v1 - Premier concert avec la venue de Nutcase

Message par iNX le Mer 5 Déc - 12:25

Chronique de iNX :

Bon mes petites appreciations :

Arrivé sur site a 21H, une vingtaine de personnes attendent dehors pour entrer. Je reconnais la touffe de cheveux caractéristique d'un ami. J'achète ma place 10€, dis bonsoir a deux trois personnes. Bien sur ca commence pas à l'heure. Faudra faire un concert de rock qui commence à l'heure un jour. Les vigiles n'ont pas l'air très sympatique à l'entré. Je suis pas venu pour faire connaiscance mais bon je me sens limite agressé pour entrer.

Je monte les escaliers pour voir un batteur malbar assis dans les escaliers qui attend son heure de gloire. La salle est sympatique :Scène à peine surmonté, pénombre agréable, un bar plus long que la scéne à 5 mètre en face de celle ci et des tables, tabourets pour s'assoir. Je me prend une commodité de la conversation ("chaise"). Le materiel sur la scene attend ses musiciens, dernière verifications des instruments (accordages, disposition de la scène).

Premier groupe : Thermoboy. Registre pop rock. Fred est vraiment à l'aise a son poste de meneur chanteur guitariste. La grande classe. Accompagné de son frère leur duo est détonnant. Le nouveau bassiste me convaint moins dans les chansons plus technique et ca s'entend, le stress ne l'aide pas. Sur les première chanson y'a encore quelque réglage de balance à faire, voix trop faible, micro qui crache et qui crachera toute la soirée. J'ai trouvé le set un peu inégale, des chansons qui sortent du lot, qui ont une énergie folle, d'ailleur quel est le nom de votre deuxième chanson?, et des chansons plus passe partout. La première partie m'a plus convaincu, puis après le changement de gratte de fred qui passe sur strat au lieu de son eternel télé, les song sont moins percutante, plus fade à mes oreilles, et surtout un bassiste qui commence à stressé? Faudra m'expliquer pourquoi il stresse au milieu du set? Au final j'en voulais encore mais bon il y'a du monde après encore.

Viens ensuite les loufoques, j'ai nommé Les Showdus. Kent se fait déja remarqué avec son costume trois pièces et sa belle chemise rouge surmonté de sa cravate. Ultime ramène ses deux SG, dont la très moche blanche qu'il s'est fait faire fck . Il semble arboré fierement son nouvel ampli, mais son son ne m'a pas convaincu, manque de patate et son très sec dans les solos. une petite pédale de delay rajouterai un peu de coffre lors des solos je pense. Le bassiste est monté sur des ressorts, je me demande interieurement combien de chanson va t'il tenir avec sa veste et je fais le pari avec Jimmy. Putin de pari à la con, il a tenu 5 chansons alors que j'avais parié 4. Faudra que je débourse une bière pour toi. Satanés bassistes de merde encolere8 . Le set des chansons alterne tantot entre rock déjanté et un rock'n'roll beaucoup plus sombre, parsemé d'un peu de ska reggea par ci par la, deux trois petit gimmick funk, des allusions a RATM sur des compos. Kent transpire et fait sa crise d'asthme? Les musiciens maitrisent la scène et une partie de la fosse grâce à leur systeme sans fil, les jeux de mots fusent dans leur écriture, "elle" - "ha" - "bite", toujours coquin mais jamais salace. Le tout se termine dans un tourbillon de notre ami bassiste par terre : il a du casser quelque chose et on lui a demandé de passer la serpillère.

Viens ensuite la musique la plus couillu de la soirée, le métal détonnant de Warfield. Bon personnelement je n'aime pas les voix guttural, donc je ne saurais apprecié a sa juste valeur ce que nos amis guerriers nous propose ce soir, mais je les ai suivi quand même. Il arrive sur scène et on sent déjà l'appréhension des premiers pogos. Ils demandent s'il y'a des "boucher" et recoit comme retour des geulantes de fond de voix et des mugissemnt de cochons. Le groupe se lance et le son est grave, très grave, ca prend au ventre, mais comme je m'y attendais la voix ne me plait guerre. Le deuxième guitariste me fait un peu penser à Ramzy Very Happy . Les gars maitrise leur musique, même si un moment l'ingé son cherche un peu l'égalisation de la grosse caisse qui fait passé la caisse clair pour un tom basse. Les pogos s'enchaine pour le plus grand bonheur des personnes de la fosse (enfin le mètre devant la scène quoi).

Enfin viens le clou de la soirée. Nutcase, tant attendu. Je n'avais guère apprécié leur chanson disponible sur la première compil rock austral, j'avais trouvé ca trop déjanté, loufoque, et cette voix qui m'insuportais. J'ai vite changé d'avis lorsque les chanson se sont succéder. Leur entrée sur scène est très longue, l'attente est presque interminable meme si la salle est climatisé, le temps de replacé la batterie dans le bon sens et d'installé les autres instruments. les musiciens sont tous vetu de noir et de blanc, arborant pour certains une cravatte. Enfin un son se fait entendre : un sample de type atmosphérique. Certaines personnes n'ont certainement compris que ca débutait et continue a bavarder bruyament. Le chanteur apparait enfin avec ce fond sonore qui s'installe et se fait plus présent. Il est habillé d'une toge orange qui le distingue des autres membres du groupe. Caché derrière ses cheveux il entre lentement, surement, comme s'il découvrait pour la première fois cette scène. Le fond sonore se fait plus pressant et éclate finalement. On découvre le visage du bonhomme mysterieux qui a d'un coup de tête balayé ses tresses en arrière. Le clavier se fait entendre, trop d'ailleur sur les première chanson, il bouffe même les frequences de la guitare qui je l'ai cru pas branché pendant un bon moment. La balance s'arrangera au fil des chanson pour finalement s'equilibré parfaitement au milieu du set. Personnelement j'ai été transporté par la musique. Surtout dans les passages calmes, ils savent poser leur ambiance et j'adore ca et me laisse emporté. Chaque musiciens a sa place et fait son boulot comme il le faut, symbiose totale. Mais celui qui retiend toutes les attentions est bien sur le chanteur qui ne cesse de se faire remarquer par toute sorte de manière : facon de chanté, danse, streap tease, lancé d'eau sur le public. Il alterne les questions réponse masculine-feminines, avec une gestuelle qui lui est propre. Une étendue dans ses capacités vocales vraiment étonnante. Les chansons sont longues mais rudement bien ficelé, font parfois de long passage atmo, pour aller dans un registre plus dynamique sans allez jusqu'à l'extreme. Dans les petites interventions qu'il fait au public entre les chansons on le sent quand même touché de se sentir chez lui, une sorte de timidité à l'opposé de son personnage de scène.

Au final cette soirée était une vrai réussite même si la salle aurait pu être plus rempli et un public un peu plus réactif, mais on peut pas tout avoir. Les groupes ont fait leur boulot, et même très bien, et j'ai découvert un grand groupe qu'est Nutcase. J'ai pas pu assister à la deuxième représentation dans le sud mais j'espere avoir quelque compte rendu quand même

iNX
R&R
R&R

Nombre de messages : 1727
Age : 31
Date d'inscription : 14/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur https://soundcloud.com/vacuumroad

Revenir en haut Aller en bas

Re: Escales Rock v1 - Premier concert avec la venue de Nutcase

Message par Rafael Fortune le Mer 5 Déc - 17:34

Cool, il y a un vrai travail de reporter...

A quand ce plateau en tournée mondiale?

Rafael Fortune
Rock & Runner
Rock & Runner

Nombre de messages : 1052
Date d'inscription : 16/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Escales Rock v1 - Premier concert avec la venue de Nutcase

Message par Shock le Mer 5 Déc - 17:45

Nickel vos chroniques les mecs! C'est bien sympatique tout ça faudrait la même chose pour la deuxieme date!Warfield ça a l'air d'être efficace sur le papier! Ca donne envie de voir Nutcase genre au Klub ou autre salle parisienne quand ils repasseront Fortune des infos là dessus? Les mecs vous remettez ce genre d'affiche en février et on sera 21 héhéhé!

Shock
Fan de R&R
Fan de R&R

Nombre de messages : 2060
Date d'inscription : 16/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Escales Rock v1 - Premier concert avec la venue de Nutcase

Message par Rafael Fortune le Mer 5 Déc - 18:26

A paris les prochaines dates c'est le 21 mars a la goutte d'or et une autre le 24 avril (TBC) au divan du monde.

on va essayer de jouer un peu ailleurs qu'a Paris...d'ailleurs si des forumeurs ont des plans dans leur coins..

Rafael Fortune
Rock & Runner
Rock & Runner

Nombre de messages : 1052
Date d'inscription : 16/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Escales Rock v1 - Premier concert avec la venue de Nutcase

Message par Invité le Ven 4 Jan - 17:16


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Escales Rock v1 - Premier concert avec la venue de Nutcase

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:14


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum